nidhogg dragon viking yggdrasil

Dans la mythologie nordique, Yggdrasil est l’arbre-monde, celui qui supporte chacun des neuf royaumes. Sur ces branches vivent de nombreuses créatures, serpents, aigle, écureuil ou cerfs, mais il y en a une bien plus terrible, comme Nidhögg.

Le dragon Nidhögg se cache sous la racine d’Yggdrasil qui plonge dans la terre gelée de Niflheim, le royaume de glace. Derrière l’épaisse brume et les à l’abri des vents froids, Nidhögg garde la plus grande source du monde, Hvergelmir.

Cette source donne naissance aux 11 rivières empoisonnées d’Élivágar, mais ce n’est pas la plus grande préoccupation de ce terrifiant dragon aux multiples queues. Nidhögg ronge lentement la racine de l’arbre-monde.

Par son action, il menace l’équilibre de l’univers et ce sont les Nornir, les sœurs du destin, qui, lorsqu’il s’absente, guérissent les plaies que laissent les dents acérées de Nidhögg. Mais où va-t-il ?

Parfois, une ombre menaçante plane au-dessus des mondes. Le dragon vient récupérer les cadavres des hommes indignes. Ceux qui ont volé, tué ou encore, ceux qui pratiquent l’adultère. Indignes de rejoindre Freyja ou le Valhalla d’Odin, Nidhögg s’en charge.

Parfois, à son retour, son estomac est douloureux d’avoir si bien mangé. Pour se calmer, il s’attaque alors au bois tendre de l’arbre-monde dans un cycle infini, et ce, jusqu’au Ragnarök ; où il aura encore beaucoup à manger.

Voir mes livres

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.