Après Aburaakago, parlons d’un autre Yôkai : Bakebi.

Connaissez-vous Bakebi ? Le feu follet de la mythologie japonaise ? Bakebi est un Yokai très connu, qui vient du pays d’Ômi. Son nom signifie : « le feu qui se métamorphose ». Tout commence au bord d’un mystérieux lac.

Le temps forgea la légende de Bakebi et de nombreux villageois eurent l’occasion de voir ce Yôkai. Lorsque la lune n’est pas visible et que le ciel est chargé, Bakebi peut apparaître sur les rives humides du lac.

D’abord aussi petit qu’une balle de ping-pong, le feu follet grandit au grès de sa progression. Il longe la berge jusqu’à faire la taille d’un ballon de basket et lorsqu’il est suffisamment puissant, il s’aventure sur le sentier qui va jusqu’au village.

Les témoignages lui prêtaient un visage poupin dans certains cas, dans d’autres, il a l’allure de deux sumos, collés l’un à l’autre lors d’un combat enflammé. Quoiqu’il arrive, Bakebi avance sans jamais ralentir. Jamais.

Un jour, un lutteur entend parler du Yôkai du pays d’Ômi et décide de lever le mystère. Il se rendit jusqu’au village, longea le sentier et attendit dans les fougères, masquées par quelques buissons. La nuit est pluvieuse et la lune absente.

Le lutteur patienta jusqu’à ce que Bakebi apparaisse sur l’autre rive. Il le regarda virevolter à un mètre du sol alors qu’il se dirigeait vers lui en faisant le tour du lac. Il le vit grandir. Sa bouille juvénile se transforma en une expression de douleur.

Quand il arriva à portée, le lutteur bondit sur le feu follet. Certain de sa force, il voulait le capturer afin de montrer à tous qu’il n’y avait aucune raison d’avoir peur. Bakebi esquiva l’attaque au dernier moment et le lutteur se retrouva propulsé dans les airs.

Il atterrit à quelques mètres de là, dans une rizière qui bordait le sentier. Plus personne n’osa attaquer Bakebi, le feu qui se métamorphose et chacun appris à vivre avec cette légende.

Voir mes livres

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *